La sophrologie ?
c'est quoi, POURQUOI, comment, pour qui, par qui

Le mot sophrologie a pour origine les mots grecs « sôs » (équilibre, harmonie), « phren » (conscience) et « logos » (étude). C’est une méthode naturelle douce encore très récente, développée dans les années 1960 par le Dr Alfonso Caycedo, psychiatre qui souhaitait aider ses patients à retrouver un meilleur équilibre entre leur mental et leur physique. Ses influences sont à la fois occidentales (hypnose notamment) et orientales (yoga ou zen). Tous les sophrologues proposent des exercices basés sur la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation d’images positives. Ces exercices permettent d’être à l’écoute des sensations (les ressentis) générées par le corps et le mental durant leur pratique. Les pensées positives et les ressources de chacun émergent dans ce contexte de travail sophrologique. 

Quelle est la différence entre sophrologie caycédienne et sophrologie non-caycédienne? Entre 1960 et 1985 Alfonso Caycedo développe les degrés 1 à 4 de sa discipline. Ce sont les degrés utilisés dans la sophrologie à visée thérapeutique et sont communs à la sophrologie caycédienne et non-caycédienne. La marque « sophrologie caycédienne » a été déposée en 1988 par Alfonso Caycedo qui a continué de développer sa méthode initiale selon une optique qui n’a pas fait l’unanimité d’où la segmentation en ces deux courants sophrologiques.

Avec la sophrologie, l’objectif n’est pas de comprendre « POURQUOI je souffre ? » mais de se focaliser sur l’approche positive du « COMMENT je fais pour aller mieux ? » et « QUELS OUTILS je dois maîtriser pour y arriver ? ». L’accompagnement par un sophrologue est particulièrement indiqué :

  • dans des situations de mal-être du quotidien : tensions, stress, anxiété, peurs, troubles du sommeil ;
  •  dans un contexte de changement de situation difficile : séparation, licenciement, période post-partum de pertes de repères, annonce d’un problème de santé, deuil ;
  •  dans la préparation d’un évènement important, pour notamment accroître la confiance en soi (préparation mentale) : compétition sportive, entretien professionnel, examens, opération chirurgicale ;
  • pour les enfants et adolescents : confiance en soi, gestion des émotions, concentration, stress, phobie scolaire ;
  • en développement personnel (approfondissement de la connaissance de soi). 

Dans les cas de personnes ayant des problèmes de santé faisant l’objet d’un suivi médical, la sophrologie ne remplace pas la médecine traditionnelle mais ses effets thérapeutiques sont complémentaires.

La pratique de la sophrologie est possible en séances individuelles ou en séances de groupes d’où la possibilité de faire intervenir les sophrologues dans les entreprises et autres structures.

Les exercices de sophrologie se pratiquent debout ou assis en fonction de l’exercice proposé mais aussi en fonction des contraintes physiques des personnes. Des adaptations ludiques sont également mises en place par le sophrologue pour les enfants.

Une séance dure en général une heure (45 minutes avec les enfants). Elle est toujours composée de temps de parole qui encadrent la pratique des exercices. Les mouvements proposés sont doux et accessibles à tous. Ce n’est pas une pratique sportive : une tenue du quotidien est tout à fait adaptée.

La première séance est celle qui va permettre au sophrologue d’entendre la demande de la personne et d’échanger afin de récolter les informations nécessaires à la préparation de l’accompagnement personnalisé répondant à cette demande. C’est aussi durant cette première séance que les personnes expérimentent leurs premiers exercices de sophrologie et apprennent à se détendre et à prendre conscience de leur corps. 

Chaque accompagnement est unique car les personnes ont tous des vécus différents et chaque sophrologue apporte son originalité et sa créativité dans la conception des accompagnements.  

Il n’existe pas de contre-indication à la pratique de la sophrologie. Toute personne capable de recevoir et de comprendre les informations du sophrologue peut pratiquer (enfant à partir de 6 ans).

Le travail sophrologique s’effectue dans un état de conscience entre la veille et le sommeil qui favorise l’émergence des ressentis et des prises de conscience. C’est un état que toute personne traverse naturellement lorsqu’elle s’endort ou se réveille. Il est visualisable sur un électroencéphalogramme (EEG) sous forme d’ondes alpha de grandes amplitudes. Le sophrologue l’active pendant les séances et les personnes apprennent à le retrouver dans leur vie quotidienne en autonomie après un peu d’entraînement. 

La sophrologie étant une discipline récente, des études scientifiques commencent tout juste à être menées ces dernières années pour tester son efficacité. Les neurosciences s’intéressent à cette méthode et étudient notamment  l’efficacité de la pensée positive (études menées au M.I.T, Massachussets Institute of Technology).  Une étude prospective et comparative « Sophrologie et Insomnies » menée en 2019 à Barcelone a montré que les personnes ayant bénéficié d’un accompagnement sophrologique ont amélioré leur endormissement et la qualité de leur sommeil par rapport au groupe non-accompagné. De plus, de grandes écoles et des universités françaises proposent ou conseillent aujourd’hui à leurs étudiants des séances de sophrologie pour apprendre à mieux gérer leur stress et leurs émotions. La sophrologie est également mise en avant comme « allié puissant pour amortir les effets psychologiques dévastateurs de l’épidémie de la Covid-19 et des confinements successifs » depuis la publication, en novembre 2020, des résultats de l’étude CoviPrev menée sur l’impact psychologique de l’épidémie sur la santé mentale des français

Dans le domaine médical, des études sont menées sur les approches non médicamenteuses pluriprofessionnelles de thérapeutes en support des traitements médicamenteux. Une étude française publiée en avril 2020 intitulée « Première évaluation de la prise en charge sophrologique des acouphènes » est prometteuse. La sophrologie permettrait d’atténuer les acouphènes efficacement. La sophrologie est également reconnue comme soin oncologique de support. Un rapport d’orientation sur le syndrome fibromyalgique de l’adulte datant de 2010 mentionne également les prises en charge non médicamenteuses des patients par des équipes pluriprofessionnelles de thérapeutes en complément de la prise en charge médicamenteuse.  

C’est dans le domaine du sport de haut niveau que son utilisation est la plus répandue avec la préparation mentale des sportifs.

La profession de sophrologue est non réglementée et il n’existe pas de diplôme d’état correspondant. Les établissements de formation à la sophrologie sont nombreux. Soucieuses de se différencier et d’être reconnues pour la qualité de leur formation, plusieurs d’entre elles ont écrit un référentiel du métier de sophrologue pour le soumettre à la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (Ministère du Travail français). Ces écoles de formation peuvent délivrer aux étudiants qui se présentent et réussissent leurs examens, une certification professionnelle de sophrologue de niveau 5 (Europe) reconnue par l’Etat et inscrite sur le RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Attention : seuls les sophrologues ayant obtenus leur certification peuvent vous montrer un document officiel et utiliser l’intitulé « Sophrologue certifié RNCP »